« …. que mes lecteurs ne soient pas des assassins, et soient ennemis de la guerre. » Yachar Kemal

yachar-kemalTraduit dans le monde entier, le platane de la littérature turque est décédé à l’âge de 92 ans, Yachar Kemal est décédé.

Grand officier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur en 2011 (chevalier en 1984) Yachar Kemal était appelé en Turquie le «  platane de la littérature turque », la métaphore du platane aussi employé pour la nation , pour son tronc solide sur lequel on peut s’appuyer, pour ses racines bien implantées et puissantes ancrées dans la terre, et pour son feuillage grandiose sous lequel on se repose sans crainte.

En novembre 2014, invité à l’université Bilgi (Bilgi Üniversitesi) pour y recevoir un «  titre de docteur honoraire » , il n’avait pu se déplacer et envoya un message aux étudiants :

«  Un, que mes lecteurs ne soient pas des assassins, et soient ennemis de la guerre. Deux, qu’ils s’opposent à l’exploitation de l’humain par l’humain.Que personne ne méprise personne. Que personne n’assimile personne. Que l’on ne laisse pas de gouvernement- qui aiment tant assimiler des gens – assimiler qui que ce soit.

Que mes lecteurs sachent ceux qui détruisent une culture perdent leur propre culture et vois leur humanité s’envoler.

Que mes lecteurs soient du côté des pauvres, la pauvreté est la honte de toute l’humanité. Que mes lecteurs s’épurent des mauvaises phrases. »

« Bir, benim kitaplarımı okuyan katil olmasın, savaş düşmanı olsun. İki, insanın insanı sömürmesine karşı çıksın. Kimse kimseyi aşağılayamasın. Kimse kimseyi asimile edemesin. İnsanları asimile etmeye can atan devletlere, hükümetlere olanak verilmesin.

« Benim kitaplarımı okuyanlar bilsinler ki, bir kültürü yok edenlerin kendi kültürleri, insanlıkları ellerinden uçmuş gitmiştir.

« Benim kitaplarımı okuyanlar yoksullarla birlik olsunlar, yoksulluk bütün insanlığın utancıdır. Benim kitaplarımı okuyanlar cümle kötülüklerden arınsınlar. »

* Né en 1923 à Osmaniye, dans le sud de la Turquie, de son vrai nom Sadık Kemal Gögçeli,Yachar Kemal a dû très jeune abandonner ses études et exercer de nombreux métiers avant de devenir journaliste au début des années 1950 et débuter au quotidien national Cumhuriyet, en prenant à ce moment le nom de plume Yasar (Yachar) Kemal. 

Son premier roman Mèmed le Mince lui valut un énorme succès en 1955 et fut le premier d’une longue série dont :

La saga des « Mèmed » : Mèmed le Mince (İnce Memed, 1955, trad. 1975, Mèmed le Faucon (İnce Memed II, 1969, trad. 1976), Le retour de Mèmed le Mince (İnce Memed III, 1984, trad. 1986), Le dernier combat de Mèmed le Mince (İnce Memed IV, 1987, trad. 1989).

saga-memed-le-mince

La trilogie « Au-delà de la montagne » : Le Pilier (trad. 1966), Terre de fer, Ciel de cuivre (trad. 1977) , L’herbe qui ne meurt pas (trad. 1978)

La trilogie  » Les Seigneurs de l’Aktchasaz » : Meurtre au marché des forgerons (trad. 1981),Tourterelle, ma tourterelle (trad. 1982),La Légende des mille taureaux (trad. 1979)

La Trilogie Salman le solitaire :Salman le solitaire (trad. 1984),La Grotte (trad. 1992)

Une histoire d’île, I et II : Regarde donc l’Euphrate charrier le sang, La tempête des gazelles

regarde donc-leuphrat  la tempete des gazelle41G4F3F5D4L._SY344_BO1,204,203,200_