Pause café (turc ?) avec bébé en Turquie

emzirmeye_yard_m_eden_baba

Lors d’une escapade urbaine, avez-vous déjà erré l’âme en peine en cherchant un endroit où faire une pause alors que vous vous baladez avec bébé ou enfant, pour vous rafraîchir, vous sustenter, ou même aller aux toilettes ? Le genre de besoins qui se fait inévitablement ressentir si on se tient éloigné de son domicile plusieurs heures d’affilée, et je n’évoque même pas les inénarrables besoins relatifs à l’enfant lui-même, les mêmes que ceux cités précédemment, systématiquement doublés d’un sentiment d’urgence irrépressible…

En général, en France, un bambin est souvent considéré comme gêneur potentiel et bénéficie rarement de la présomption d’innocence. Et au moindre cri (sans parler du fameux “caprice”), la gêne et la honte submergent le parent en butte aux regards désapprobateurs des consommateurs alentour…

J’ai eu récemment l’occasion de tester des cafés-poussettes. Concept simple et efficace : un café qui met à disposition tous les éléments qui se mettent cruellement à vous manquer quand vous sortez avec votre marmaille : espace pour le change, chaise haute, transat, jeux. Et le petit supplément d’âme : cris et chahuts entre enfants ne vous attirent pas les foudres des tenanciers et autres clients – qui sont bien dans le même bateau que vous !

cafe-poussette

A ma connaissance, rien de tel à Istanbul mais le besoin s’en fait moins sentir.

Car en Turquie, c’est quasiment la situation inverse : votre enfant vous garantit une sorte d’aura protectrice et fait de vous un être humain respectable. Il est même arrivé qu’une serveuse (ou un serveur !) se saisisse d’un de mes bébés et s’en occupe le temps que je prenne ma consommation. Si on n’est pas à cheval sur les manipulations de sa progéniture par un inconnu, c’est drôlement pratique ! Qu’il crie et fasse le zouave ne jettera pas l’opprobre sur vous, au contraire il serait même parfois mal vu de trop vouloir les calmer… Et alors que même dans un café-poussette, j’y regarderais à deux fois avant d’allaiter, en Turquie, je ne me suis sentie gênée nulle part…

Du coup, pas simple de faire comprendre à son enfant élevé en Turquie qu’en France, il faut baisser le volume lorsque l’on se retrouve dans un lieu public, faire plutôt profil bas au restaurant et que l’addition peut très bien rester sur la table, aucun serveur ne s’enthousiasmera à la vue de votre mouflet qui vient lui donner directement à la main la monnaie sonnante et trébuchante réglant vos consommations…

                                                                                                                                                           Christelle D.D