Marie Munhoven , restauratrice de livres anciens à İstanbul

Vous avez peut-être eu la chance en fouinant dans les « sahaf » d’Istanbul soit les bouquinistes de Beyoğlu, Kadıköy, Beyazıt ou Moda quelque merveilles. Qu’ils soient en kurde, arabe, persan, arménien, grec, turc moderne ou turc écrit avec l’alphabet arabe, à l’image de la ville cosmopolite d’Istanbul, ils sont le reflet du passé de la ville, de son histoire._noemie-deveaux-marie-muhnoven-3

Vous aurez peut-être envie de leur redonner une certaine jeunesse, de leur rendre hommage ou dignité. Vous le pourrez désormais grâce à une jeune restauratrice en livre ancien, Marie Munhoven qui a choisi de s’installer en Turquie pour y exercer son métier passionnant.

_noemie-deveaux-marie-muhnoven22

Tout droit sortie d’un livre de contes, peut-être, où se mêlent ses long cheveux tressés avec patience comme ceux de Rapunzel, les doigts agiles de la belle au bois dormant et son fuseau, et de vieux grimoires imaginés entre ses mains, elle parle de son métier de son aventure stambouliote avec tant de simplicité que vous aurez sans doute après l’avoir rencontrée, le réflexe d’aller fouiller votre bibliothèque pour lui confier quelque ouvrage.

_noemie-deveaux-marie-muhnoven-istanbul

Marie après des études à la Sorbonne en « conservation du patrimoine » et deux ans de reliure à l’Ecole Estienne, « Dépositaire de la mémoire des métiers du livre » vit une histoire d’amour avec le livre depuis sa plus tendre enfance : elle voulait devenir bibliothécaire.

noemie-deveaux-marie-muhnoven-2

Elle doit à sa maman – merci madame – la découverte d’autres métiers du Livre et très tôt elle choisit de redonner vie à la mémoire de l’homme en choisissant la restauration de livres anciens. Après un stage à la Bibliothèque Nationale de France aux manuscrits rares et un autre au Musée d’histoire Naturelle de New York, elle choisit l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes pour sa dernière année de Master. _noemie-deveaux-marie-muhnoven22

On lui confie la restauration d’anciennes cartes et pour cela, elle travaille à la « Süleymaniye Kütüphanesi » (bibliothèque de Süleymaniye ) fondée en 1927 riche de 70.000 livres reliés dont 12.000 en turc, 50.000 en Arabe et 3.680 en Perse. Cette bibliothèque comprenant un atelier de chimie – et oui les livres et leur PH c’est important – et un atelier de restauration, elle y côtoie des chimistes travaillant sur de rares corans mangés par les insectes. « Savoir réitérer les techniques d’antan pour relier, recoudre un livre comme à l’époque de sa parution est important, il faut respecter l’histoire du livre » dit-elle, qui entre autres belles aventures restaura une des plus anciennes encyclopédies sur les espèces animales du XVIème siècle, travailla pour l’Opéra Garnier sur des maquettes de scénographie de spectacle, les archives de la famille Hermès et sur une ancienne famille ottomane. 0d_noemie-deveaux-marie-muhnoven4

© photos Noémie Deveaux