Les peintres de l’ Ecole de Paris : peintre turcs , Fikret Moualla .

Les peintres turcs qui vinrent s’installer à Paris sont appelés en Turquie “ les peintres de l’ Ecole de Paris “.

Arrivés dans la capitale en deux “ vagues”, les premiers, classiques, arrivèrent dans la deuxième moitié du XIXème siècle et venaient parfaire leur formation dans l’atelier de Gérome.

La seconde vague, nommée parfois la ” seconde Ecole de Paris ” se constitue par l’arrivée de jeunes peintres turcs du début du XXème animés par un grand besoin de nouveauté et de liberté. İls élurent domicile à Montparnasse et y eurent plus tard leurs ateliers tout en fréquenteront les « bistrots d’artistes ».

Parmi les plus connus , Hakki Anli (1906-1990), Avni Arbas (1919-2003), Albert Bitran (né en 1931), Nejad Devrim (1923-1995), Abidin Dino (1913-1993), Fikret Moualla (1903-1967), Mubin Orhon (1924-1981), Remzi Rasa (né en 1928) et Selim Turan (1915-1994).

 

Lautrec-fikret mouallaToulouse Lautrec, Fikret Moualla

Fikret Moualla né en 1903 à Istanbul fit ses études francophones en internat dans les lycées de Saint-Joseph et de Galatasaray, puis des études d’ingénierie en Allemagne où il prit conscience de ses dons artistiques et s’initia au dessin.

Le jeune Fikret s’était tout d’abord destiné au football comme son oncle Hikmet Topuz, qui était alors un célèbre footballeur du club de Fenerbahce, mais une chute fâcheuse et des os mal ressoudés terminèrent ses velléité et il dut dire au revoir à une carrière dans le « ballon rond ».

fikret-mualla-pembe-kahve-1960-cafe-rose

La disparition de sa mère décédée de la grippe espagnole et les tentatives de son pères« Ekrem Bey » pour se remarier furent le début de plusieurs crises graves de Fikret qui commença à fréquenter régulièrement l’asile psychiatrique de Bakirköy.

Après ses études il revient en Turquie et fut nommé enseignant au lycée de Galatasaray en 1927 mais il eut du mal à s’adapter à la vie stanbouliote et laissa entrer l’alcool dans sa vie et Moualla démissionna avec fracas du lycée, demandant à la direction « de bien vouloir trouver à sa place un autre idiot acceptant de travailler pour un tel salaire »…Il partit pour Ayvalik, sur les rives de la mer Egée d’où il démissionna également.

_fikret-mualla-mavi-bar-bar-bleu

Dégoûté, inadapté, écœuré, esseulé, Fikret Moualla après avoir réalisé une série de grandes gouaches destinées à décorer le café du pavillon turc de l’exposition universelle de New-York, profita des gains des ventes de cette exposition ainsi que de l’héritage qu’il reçut à la mort de son père pour quitter Istanbul à la fin de 1938 et s’installer à Paris début 1939.

Moualla vécut longtemps au N° 7 de l’impasse Rouet dans le 14e, dans une petite chambre du 6e étage. Il meurt le 19 juillet 1967 à l’hôpital de Manosque.

rue-noeud bleu-fikret moualla1961