Le football écrase tout en Turquie

DSC_0720Reprendre une rubrique … après une interruption due aux vacances est toujours délicate.
Le sport tourne douze mois sur douze, les événements se succèdent à une cadence infernale …
Il y a quelques dizaines d’années … tout était réglementé … dans certains sports, le professionnalisme n’existait pas (athlétisme, natation pour ne citer que deux sports majeurs).
Aujourd’hui, le sport est professionnel avec des différences considérables entre les sports riches qui brassent des milliards (football, golf, courses automobiles, pour ne citer que quelques sports … et encore même dans certains de ces sports … dans des pays, tu es professionnel avec un salaire de misère), dans d’autres disciplines … la grande majorité, il s’agit de la débrouille … Le monde du sport n’échappe pas à l’économie mondiale, à la médiatisation …
La Turquie aussi, si vous consultez les pages sportives des journaux turcs (pas les seuls) … le football occupe une place prépondérante … quelques miettes pour le basket, le volley … et après le désert … même pour des sports traditionnels en Turquie (lutte, haltérophilie).
Des sports majeurs (athlétisme, natation) … sont totalement absents … l’apport de quelques individualités ou d’athlètes naturalisés ne fait pas décoller les disciplines.
Malgré quelques grands événements … les Turcs, en majorité, continuent de s’intéresser au sport … qu’à travers le football … les investisseurs aussi.
Cet été … le football n’a pas délogé à cette règle avec l’arrivée de quelques grands noms à coups de millions de dollars ou d’euros … dont certains sont plus proches de la retraite … que de la consécration.
Des sportifs qui seraient bêtes de ne pas venir toucher une dernière belle pige, à l’image d’Eto’o à Antalyaspor, au bord de la Méditerranée, l’idéal pour un homme qui aime bien la fête … et dans un club, sans grandes ambitions sportives qui navigue entre la L 1 et la L 2 depuis des années.

etoo

Lucas Podolski (Galatasaray) Nani (Fenerbahçe) ou Stéphane M’Bia (Trabzonspor) eux aussi sont venus achever leur carrière.
Si Besiktas demeure en retrait … dans l’attente sans doute de la finition de son stade, Galatasaray et surtout Fenerbarhçe attirent des vedettes comme Robin van Persie.

 

 

vanpersil
Robin van Persie

Il faut dire que tous les ingrédients semblent réunis … les stades sont flambants neuf (la Turquie avait été candidate à l’Euro 2016, battue par la France), le programme de modernisation des stades s’est poursuivi.

Un public nombreux … une ambiance enflammée.
Mais voilà entre des vedettes, dont certaines vieillissantes … et de jeunes joueurs étrangers qui viennent en Turquie effectuer leurs premières piges … les joueurs turcs n’arrivent plus à s’exprimer.
La mayonnaise a du mal prendre, Galatasaray, Fenerbahçe et Besiktas se font débarquer rapidement dans les matchs européens depuis quelques années … un peu à l’image de Fenerbahçe recalé cette saison dès les tours préliminaires de la Ligue des Champions, loin des prétentions de son président.
… Peu de résultats convaincants au niveau club … on va voir dans les semaines à venir si Galatasaray (seul club turc) en Ligue des Champions arrive à se hisser au second tour de poule.
Les millions ne font pas tout (les clubs sont considérés comme des associations et brassent des fortunes avec une fiscalité mineure !) …

Au niveau de l’équipe nationale, la Turquie court après un billet pour l’Euro depuis 2008 et sa place de ½ finaliste.
Depuis le week-end dernier … la Turquie peut espérer une place de barragiste pour décrocher son billet pour venir en France, en 2016.
Rejoint par la Lettonie jeudi à domicile, la Turquie a bénéficié du faux pas des Pays Bas à domicile devant l’Islande … le petit poucet de ce groupe A !
Les hommes de Fatih Terim, dans un stade de Konya surchauffé, ont battu dimanche soir les Bataves 3-0 et grâce à ce résultat se positionnent à la 3ème place avec deux points d’avance sur les Pays-Bas.

La belle histoire de cette rencontre, le premier but fut l’œuvre d’Oğuzhan Özyakup, le joueur de Besiktas, né aux Pays-Bas et qui a porté le maillot de son pays de naissance chez les moins de 17 et 19 ans.
L’Islande est déjà qualifiée pour la première fois de son histoire tout comme la Tchèquie.
Il reste deux matchs … à disputer, la Turquie devra passer par les barrages … à condition de conserver un avantage sur la Hollande … il faudra prendre le meilleur sur la Tchéquie (10/10), en déplacement et l’Islande à la maison (13/10) …

 

DSC_0685
Un stade de Konya complet

DSC_0704
Oğuzhan Özyakup, la belle histoire de Turquie – Pays-Bas

 

Gérard Valck