Football : le miracle de Konya.

Avant la reprise de la saison footballistique, des derniers matchs de qualification peu de spécialistes croyaient à la qualification de la Turquie, moi le premier.
Depuis les épopées de 2002 (Mondial) et 2008 (Europe), l’équipe nationale turque se situe dans la seconde partie des formations européennes.

Alors que les deux premières places qualificatives étaient assurées pour l’Islande (la révélation … pour ce pays du Nord de l’Europe, l’Euro 2016, en France sera une première) et la Tchéquie … la troisième place semblait être pour les Pays-Bas (finaliste du dernier Mondial).
Rappelez-vous que la campagne européenne de la Turquie avait débuté avec deux défaites et un nul !
Pas de quoi donner un moral d’enfer aux chauds supporters turcs.
Le vent a tourné … premier miracle à Konya, avec un succès sur les Pays-Bas … une victoire qui relançait la Turquie pour la troisième place … et voilà que les Bataves s’écroulent complètement … avec une élimination calamiteuse alors que les hommes de Fatih Terim (un entraîneur qui avait déjà pris auparavant les commandes de l’équipe nationale à trois reprises, ce qui doit-être à peu près unique dans les annales des grandes sélections), sans développer un football de haut calibre, la Turquie remporte les deux derniers matchs (Tchéquie et mardi devant l’Islande).

Trois jours après le carnage des deux attentats d’Ankara (une centaine de morts et plusieurs centaines de blessés, dont un grand nombre grièvement), le match se déroule à Konya, une des villes les plus conservatrices de Turquie.
La Turquie joue au minimum sa place pour les barrages et éventuellement avec le maximum … de chance, la place de meilleure troisième de tous les groupes.
Une partie du public fanatisée qui montre son peu de respect de l’être humain en sifflant et huant la minute de silence donnée en hommage aux victimes d’Ankara. Honteux.

Pendant que les Pays-Bas perdent, la Turquie sûre d’être barragiste … marque un but à deux minutes de la fin, un coup franc transformé par Selçuk … et pendant ce temps-là, le Kazakhstan remporte son premier succès en Lettonie et devance cette dernière.

Un succès qui permet à la Turquie de battre sur le poteau, la Hongrie, une autre formation troisième d’un autre groupe.
Un vrai miracle sur le stade Konya …
Depuis 1960 … la Turquie jouera pour la troisième fois de son histoire (1996 et 2008) la phase finale de l’Euro.
La France peut s’attendre au mois de juin, à l’arrivée de plusieurs milliers de supporters turcs … sans parler de la nombreuse communauté turque qui habite en France.
La fin du printemps sera chaude autour de quelques terrains … et dans les tribunes.

 New Image

Les vainqueurs de l’Islande

konya2
Minute de silence avant le match décisif

selcuk_inan_bir_ara_nefessiz_kaldim_1431117433_1844

Inan Selçuk (Galatasaray), auteur du but devant l’Islande

euroı
Les stades de l’Euro 2016

Gérard Valck