Bateau, sur l’eau : les petits bateaux du Bosphore avec son enfant..

Bateau, sur l’eau

vapur

Ce n’est certainement pas un hasard si nos deux enfants ont entonné très tôt cette chansonnette. La première que notre aîné a connue par cœur, et le second est bien parti pour faire de même. Cette gravure de Sabine Buchmann est certes en bonne place dans le salon et a permis de fixer ce vocable mieux qu’un imagier ne l’aurait fait, mais bien évidemment les enfants d’ici sont habitués à prendre le bateau comme moyen de transport de base, autant que le bus ou le métro.gravure-,istanbul

 

Les ferries sont appelés Vapur (à prononcer  »vapour ») et leur balai incessant est un fort marqueur de l’identité de la ville d’Istanbul.

A mon arrivée, j’ai mis quelque temps à m’habituer à cette phrase récurrente dans la bouche des stambouliotes :  »Cet après-midi, je vais en Asie ! »(ou à contrario, en Europe)… J’avais des images de Thaïlande et de Chine qui m’arrivaient en tête, alors qu’il ne s’agissait que de traverser le Bosphore. L’emblématique Bosphore! Le poumon de la ville en même temps qu’il en est l’une des artères principales.

Prendre le bateau, c’est bourré d’avantages avec des enfants. Horaire fixe, pas d’embouteillages…Seul le brouillard retarde ou annule la traversée. On s’y meut autant que l’on veut, appréciable avec des garçons. Et on a toujours un peu l’impression de partir en vacances, de sortir du chaos environnant. On y déguste un thé et on grignote un simit tout en admirant la pointe du sérail. Les silhouettes de Sainte Sophie, de la Mosquée Bleue ou du Palais de Topkapı se découpent dans le paysage. La Tour de Léandre est un repère constant et les paquebots amassés en contrebas de la Tour de Galata annoncent la proche arrivée dans le quartier de Karaköy. Les goélands apprécient tout autant ces navires glissant sur les gouffres amers, les suivant de près, à l’affût des miettes de nourriture balancés à leur attention par les voyageurs.

bebe

Tout parent de jeunes enfants résidant près d’un embarcadère connaît l’intérêt à proposer une sortie en mer improvisée lorsque la journée (ou l’enfant) devient un peu trop pénible. Et parfois, prendre le bateau, c’est vraiment sortir du temps présent pour s’évader vers les îles des Princes ou jouer les touristes en effectuant un tour de Bosphore qui vous emmène jusqu’à l’embouchure de la Mer Noire. Le programme est alors fait pour la journée entière, avec un long temps de voyage à bord. Petite croisière abordable en temps et en deniers.

poissons

blanc

 

Christelle D.D : j’élève mon enfant en Turquie

3 Commentaires
  1. Blanche
    • christelle
  2. GG