Au départ d’Istanbul : L’île de Malte et une page d’histoire, le Grand Siège .(I)

Quelques jours en mars nous ont permis de partir à la découverte de Malte, avec Turkish Airlines, qui assure un vol quotidien toute l’année, au départ de l’aéroport international Atatürk.

Trois articles, pendant trois semaines successives, seront nécessaires pour vous faire découvrir la richesse de cette île et de son histoire, tant il a de choses à voir et à raconter !

Malte Q

Commençons par une page d’histoire !

 

L’Ile de Malte, par sa position stratégique, au milieu de la Méditerranée, a été convoitée par de nombreux peuples tout au long des siècles. Phéniciens, Romains, Byzantins, Arabes, Ordres religieux chrétiens et Chevaliers, puis les Français de Napoléon et les Anglais, tous ont convoité cette île minuscule.

Mais son histoire reste liée en premier lieu aux Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, ordre monastique et soldat, dont le Saint Patron est Saint Jean Baptiste, et considéré comme la première ONG de l’histoire.

En 1530, les Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, reçurent l’île de Malte, ainsi que les îles de Gozo et de Comino, des mains de Charles Quint, empereur d’Espagne, alors qu’ils avaient été chassés de Rhodes par les Ottomans.malte-croix

 

L’Ordre de Malte, composé de chevaliers issus de l’aristocratie européenne, donc très riche, était organisé en « Langues » d’après leur origine : Auvergne, Provence, France, Aragon, Castille, Angleterre, Allemagne et Italie, et avait, chacune, une Auberge, sorte de quartier général par nationalités. Les huit pointes de la Croix de Malte symbolisent ces huit nationalités. On dit aussi qu’elles symbolisent les huit béatitudes célestes : vérité, foi, repentir, humilité, justice, miséricorde, pureté et endurance aux persécutions…..

 

Lors de leur arrivée sur l’île en 1530, les Chevaliers décidèrent de s’installer dans l’ancienne ville de Vittoriosa, en bordure de mer et envisagèrent la fondation d’une nouvelle ville sur la presqu’île de Xiberras, éperon rocheux hautement stratégique, qu’ils commencèrent alors à protéger par la construction du Fort Saint Elme.

Le Fort Saint Elme

Celui-ci était tout juste terminé, lorsqu’en mai 1565, Soliman le Magnifique et les troupes ottomanes cherchèrent à s’emparer de Malte, pour exterminer cet ordre militaire présent dans toute la Méditerranée et pour envahir l’Europe en prenant Malte, la Sicile puis le Sud de l’Italie.

 

Cet épisode historique est appelé le Grand Siège.

Soliman, ses 159 navires et ses 48 000 soldats et alliés, attaquèrent l’île pendant quatre mois.

Le Grand Maître de l’Ordre, Jean Parisot de La Valette, devinant les intentions de Soliman, avait demandé de l’aide aux princes chrétiens d’Europe, qui ne saisirent pas l’urgence de la situation.

Les Chevaliers de Malte, ainsi que la population maltaise, réussirent à tenir en échec Soliman et ses troupes et remportèrent la victoire.

couleurs-istanbul-le-mag

Cet acte héroïque suscita la reconnaissance des cours européennes qui envoyèrent des sommes d’argent considérables en remerciement à l’Ordre. Ces fonds furent employés à renforcer les défenses existantes mais aussi à construire la nouvelle ville qui prendra le nom de La Valette, à la mort du Grand Maître.

 

Des 1566, Jean Parisot de La Valette reprit la construction de la nouvelle ville. Le Pape offrit les services de son ingénieur militaire Francesco Laparelli de Cortone aidé de Gerolamo Cassar, un maltais.

 

La Valette, qui devait être, à l’origine, un bastion militaire de défense, a été construite sur le plan orthogonal typique des villes de la fin de la Renaissance. Le règne des Chevaliers pendant plus de 200 ans, et leur richesse, ont permis de doter la ville de nombreux palais, dont le Palais du Grand Maître et les Auberges des Chevaliers, et de très nombreuses églises, dont la magnifique Cathédrale St Jean, témoignages de l’architecture et de l’art baroque qui s’expriment partout en Europe à ce moment-là.

 

Aujourd’hui La Valette est une véritable ville musée, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Ses 320 monuments sur une superficie de 55 ha en font l’une des zones historiques les plus concentrées du monde.

 

L’Ordre de Malte, les différents occupants, la présence anglaise au XIX et XX ème siècle, la proximité et l’influence de l’Italie et de l’Afrique du Nord composent un savant mélange qui fait l’identité et l’originalité de Malte, que l’on retrouve dans la langue, la culture, la cuisine, etc.

Malte est aujourd’hui une République indépendante qui fait partie de l’Union Européenne depuis le 1er Mai 2004.

 

     Michèle Martinez du Blog des Suds

 

 

Pas de réponses